mardi 2 janvier 2007

Bulgarie et Roumanie

Bienvenu dans l'Union à nos amis d'Europe !! Welcome in the Union european friends !!

Prochaine étape: les Républiques ex-yougoslaves, toutes, sans exception, pas seulement la Slovénie, petite suisse des Balkans qu'on félicite pour l'accès à l'euro, et la Croatie qui doit encore s'amender d'un héritage de guerres qu'on fait mine d'ignorer, mais aussi, et ça urge, la Serbie, le Monténégro, la Macédoine et même l'Albanie. La Bosnie et l'Herzégovine relèvent malheureusement d'une autre problématique...
Car l'Europe est la seule porte pour leur Salut, les droits et devoirs qu'impliquent l'entrée dans l'Union (les décennies d' "acquis communautaire" juridique, économique, culturel) la seule carotte pour faire avancer les mulets dominants vers le chemin de la paix et la prospérité, emmenant les citoyens qui depuis toujours n'ont d'autre choix que de suivre, vers le bout du tunnel enfin, où règne la stabilité sans faille que connaissent les Pays Membres depuis plus de 50 ans, phénomène unique dans l'Histoire de notre Continent depuis le matin des temps ! Les querelles ne sont que détails. Mésentente ou incompréhesion n'est pas conflit armé et fratricide.

C'est seulement après l'ouverture de négociations avec ces République, encore plus légitimes à y prétendre que la Turquie, pour qui cela cependant se justifie, qu'il faudra faire une véritable pause et se réorganiser.
Car on n'entre pas dans l'Europe avant d'avoir intégré 100% de l'acquis communautaire, c'est à dire le fondement de l'Etat de démocratie, justice, règles économiques et droits citoyens tels que nous les connaissons nous-même aujourd'hui, une carotte que certains trouvent difficile à avaler mais l'effort, la contrainte politique en vaut la chandelle économique et voilà une arme efficace pour le rayonnement européen des principes de démocratie et de droit à la paix et la prospérité qui nous sont chers.
L'adhésion peut bien être remplacée par des contrats de coopération, c'est idem, la carotte reste la même et les efforts à fournir aussi. Qui sait si on n'éviterait pas ainsi les spéculations économiques, immobilières, terriennes, salariales, le creusement d'un fossé entre riches bénéficiaires de la manne européenne et laissés pour comptes chez les nouveaux adhérents ou les délocalisations trop faciles à quelques frontières de pays membres fondateurs en pleine crise ?
La recette s'applique une fois de plus (un peu trop tôt ?) pour la Bulgarie et la Roumanie à qui je souhaite tout le meilleur, par excès de confiance et d'enthousiasme peut-être, mais il presse de trouver les bases d'un nouvel élan communautaire, dont nous ne pouvons égoîstement penser être les seuls à bénéficier.
Car nous en bénéficions, quelles que soient ses distorsions buraucratiques ou ulta-libérales: pensons au monde qu'ont connus nos grand-parents, ce n'est pas si vieux et c'est au nom de leur souffrance, que trop connaissent encore aujourd'hui, à cette minute même, que se construit l'Europe d'aujourdhui, que nous devons y participer, la soutenir, l'infléchir sans la briser, la diffuser, la partager.


Courrier des Balkans:

Dossier
01.01.2007 : la Bulgarie et la Roumanie dans l’Union européenne
Le 1er janvier, la Bulgarie et la Roumanie deviennent membres de l’Union européenne. Les autres pays de la région craignent qu’il ne s’agisse du « dernier élargissement » avant de longues années...

Retrouvez
Le Courrier de la Roumanie
Le Courrier de la Bulgarie
Dossier sur l’intégration européenne

La Bulgarie dans l’Union européenne : entre grandes espérances et incertitudes
La Slovénie passe à l’euro, sans enthousiasme mais sans regrets
2007 : les institutions bosniaques sont toujours en panne


Newropeans : the first trans-European daily online magazine and political movement

2 commentaires:

Natacha a dit…

Bonjour Sandrine et très bonne année à toi!
J'aimerais bien que tu m'expliques ta phrase "la Croatie qui doit encore s'amender d'un héritage de guerres qu'on fait mine d'ignorer". Et pourquoi "ça urge" pour la Serbie, le Monténégro, etc.? Et pourquoi "La Bosnie et l'Herzégovine relèvent malheureusement d'une autre problématique..." (et pourquoi tu écris "relèvent" au pluriel? C'est un Etat jusqu'à nouvel ordre...
Il me semble que la Bulgarie te la Roumanie sont rentrées bien trop tot. Mais c'était une décision politique, qui n'a rien à voir avec leur stade réel de préparation à ce que l'appartenance à l'UE implique. Je pense qu'il vaut mieux consacrer plus de temps à cette préparation car sinon, l'entrée dans l'UE risque d'etre douloureuse pour les nouveaux membres comme pour l'Union elle-meme.
Natacha

Sandrine a dit…

Salut Natacha ! si tu repasses par là, merci pour ton commentaire-critique. Fatiguée de 2006 j'ai commencé 2007 en délaissant, une fois n'est pas coutume, l'espace citoyen pour me plonger dans livres et musiques, besoin d'air frais, mais je promets de te repondre très vite !