samedi 20 octobre 2007

France: Vive le pain des immigres !

Le jeune du mois de Ramadan s'est termine le 12 octobre. Il n'est plus l'heure de souhaiter Bon Ramadan ou Bonne Fete de L'Aid aux musulman-e-s reguliers ou de passage ici. Desolee... tres occupee ces derniers temps, pas mal de choses me sont sorties de l'esprit.

Non pas que le religieux soit fort et present chez moi.................

Non, mais comme Noel, que je n'observe qu'en tant que fete du regroupement familial (en tant qu'emigree, je pese mes mots), le mois de Ramadan et fete de l'Aid est habituellement un moment culturel fort pour moi a Marseille, et qui me manque un peu en Irlande.

La Fete de l'Aid, qui suit la rupture du jeune au dernier jour du mois, est un jour de fete pour qui a envie de s'y associer, et a la chance (oui, la chance) de vivre dans un quartier ou les habitants de culture musulmane vivent en nombre.

A l'ecole, c'etait un jour ou la plupart des eleves "manquaient", qui de bonne foi musulmane, qui s'inventant une alliance, voire un voisinnage, voire une observance du jeune par curiosite et solidarite, et profitaient de ce que l'absence aux cours ne "comptait pas". Car ce jour de fete etait tolere comme tel, et considere digne de traitement exceptionnel dans les etablissements de l'Ecole de la Republique que je frequentais, comme elle honore officiellement Noel, Paques et la Trinite.
Les classes quasi vides, les cours avaient un air de fin d'annee, on y travaillait serieusement mais certains profs s'autorisaient des digressions plus relaxantes.

Dans les rues, a moins que le Mistral rude et froid en l'hiver ne viennent tout gacher, les enfants courent vetus d'habits "du Dimanche" flambants neufs; les filles en bibliotheque rose, les garcons en complet veston. Les grands se retrouvent sur les palliers, les places, les halls d'immeubles et autour des fourneaux, apres le rituel des hommes amenant le mouton a l'abattoir...
Eh oui, le mouton est egorge... un vrai scandale lorsqu'on sait que la viande de ceux qui ne mangent pas Hallal provient evidemment d'animaux qui ne souffrent pas, ni physiquement, ni psychologiquement. Au fil de generations qui deja s'en lassent, ce rite peut-etre disparaitra.
A Marseille, l'equipement des abattoirs de la ville a toujours ete mis a disposition de qui souhaitait l'utiliser. Un systeme d'encadrement sanitaire plus strict a enfin ete mis en place ces dernieres annees. Seuls des bouchers de profession peuvent tuer le mouton, dans des conditions professionnelles, et non plus a la sauvette, en cachette, salement dans une salle de bain ou sur un balcon, parce qu'aucun autre lieu n'est disponible ou parce qu'aux abattoirs ceux capables d'improviser les gestes necessaires ne sont pas assez nombreux.

A la maison, il y avait donc couscous, pain et gateaux, arabes ou kabyles, au menu. Nous aussi, dans notre famille de "mangia spaghetti", on attendait l'Aid avec impatience! En un tel moment de partage par excellence, les victuailles faisaient le tour des familles et amis, de quartiers en quartiers.

La religion est beaucoup moins presente qu'on le "craint" chez les Francais de culture musulmane, pratiquants ou pas.
Un mariage, par exemple, est avant tout une affaire d'union entre deux personnes et leurs familles, l'occasion d'une fete phenomenale ou on ne compte pas le nombre de danses, chants, plats, cadeaux, et les references sont avant tout culturelles. Pas une seule foi le Coran n'est cite, comme la Bible ou le Code Civil peuvent l'etre ailleurs. Durant la fete, les maries et leurs proches portent des tenues traditionnelles qui rappellent les regions d'origine de leurs familles, et c'est la ceremonie d'union officialisee par l'apposition du henne sur les mains des epoux par la doyenne de leurs deux familles qui en est le clou. Une affaire de famille et de culture.
De meme, bien que plus religieux, le mois de Ramadan est dedie au rappel de la condition humaine, fragile, ephemere, par la sensation de faim, et de la necessite de partager, donner, savoir se defaire sans egoisme de quelque chose (argent, nourriture, objet) au profit de ses semblables, et surtout de moins bien lotis que soi, qu'on ne doit jamais oublier.
Le cynisme de l'achat d'un morceau de paradis par les plus croyants n'est bien entendu pas etranger a cette affaire.
Cependant, par le geste simple d'offrir et donner sourire aux levres, c'est le depassement des fontieres sociales, culturelles ou religieuses qui sont construites pour nous et bien malgre nous qui est celebre, sans y penser. Une assiette de couscous et quelques gateaux bien gras et bien sucres, voila qui rechauffe le ventre et le coeur, et peut aneantir toutes les rancoeurs qu'on peut nous inventer.

En Irlande, on s'est attache a faire l'effort d'en savoir un peu plus... Dans un pays de tradition catholique extremement stricte et centree sur Rome et ses enseignements, la tache est plus ardue qu'il n'y parait. C'est pourtant la curiosite pour ces "nouveaux irlandais" immigres tout recents qui l'a emporte.
Ainsi il y a des musulmans en Irlande? Voila qui est interessant....
Et ils ont une tradition appelee Ramadan qui les mobilise de facon etrange pendant un mois? Ok, on connait le jeune modere du mois de Careme, ca ne doit pas etre bien different.

Plutot que de prendre pour acquis, comme c'est trop souvent l'habitude ici, les experiences et opinions americaines ou britanniques sur le sujet, les irlandais en matiere culturelle et d'integration des nouveaux arrivants ont decide de s'en remettre a eux-memes.
Par ailleurs la douche froide des emeutes de novembre 2005 en France a revele a l'Irlande qu'aucun modele d'integration des immigre-es actuellement en place n'a fonctionne, que l'egalite republicaine proposee par la France n'etait qu'une fiction; qu'il convenait donc de se remonter les manches en toute humilite et mettre a contribution le chromosome d'Inventivite qui, lui, a donne de si beaux resultats jusqu'a present.
Ainsi les emissions d'actualite de radio les plus populaires (ici la radio est un medium d'expression a portee de tous, citoyens puissants et lambda reunis sur les ondes, donc prise et a ce titre bien plus important que la television), au niveau local et national (RTE, Today FM, Newstalk), ont donne la parole a des gens de confession ou culture musulmane d'origine africaine ou francaise, afin de leur permettre d'expliquer ce que ce rite signifie pour eux, mais aussi les eventuelles difficultes rencontrees pour son observance au sein de la societe irlandaise, toujours dans le but de souligner des couacs d'integration et ebaucher des solutions.

Cela n'empeche pas les autorites de renvoyer sans menagement des immigres originaire de pays hors Union Europenne, dont le dossier n'est pas a leur gout, dans une indifference citoyenne quasi generalisee et quelque peu choquante. Ceux qui restent, cependant, doivent etre traites avec respect, et on considere naturel de les aider a suporter le poids et faire face a la responsabilite de leur integration reussie.

Je souhaite que l'Irlande regarde du cote de Marseille, pour y etudier pourquoi lors des emeutes en 2005, ou des violences qui accompagnaient quasi traditionnellement les manifestations etudiantes avant ca, les incidents y ont ete mineurs et si peu nombreux en comparaison avec la situation nationale. Une lecon de multiculturalisme et d'anti-ghettoisation, certes pas l'oeuvre des actions en faveur de la "mixite sociale" de la municipalite UMP actuelle, qui ne sont que de vulgaires operations immobilieres d'expulsions de familles sans le sou du Centre Ville et d'installation de foyers ayant les moyens de payer des impots consequents dans les endroits attractifs de la ville, tel que les bords de mers traditionnellement ouvriers; mais bien le resultat naturel de la mixite des populations issues des migrations successives, de Gyptis et Protis il y a 2600 ans a nos jours. A Marseille, des bidonvilles, oui, dont le dernier a disparu dans les annees 1990 seulement, mais pas de Cite-dortoirs, parce que jamais la place n'a existe pour les construire. Le melange obligatoire et la necessite de communiquer, voila le secret.

A defaut d'etude, c'est par le bout artistique de la lorgnette culturelle que mon cinema de quartier (Garter Lane Arts Centre) s'est interesse a la communaute musulmane de France, en diffusant Indigenes "Days of Glory", et c'est par le bout touristique de cette meme lorgnette que The Irish Times s'est recemment interesse a Marseille, et que ses lecteurs ont goute la saveur locale en tant de Ramadan.

La "premiere ville africaine traversee par le Paris Dakar", comme disaient les Inconnus, est bien souvent fiere de l'etre !

Letter from Marseilles: The sun had hovered low, a teasing purple plate that eventually dipped into the Marseilles bay. Hungry crowds of Ramadan-observing Muslims emerge, taking nightfall as their cue to break their daylong fast. In homes all over France's second city, they devour couscous and tagines; in simple restaurants they choose steaming bowls of chorba and sip gold-embossed glasses of mint tea. Since morning in the streets off Rue Canebière and around Noailles, Arab butchers had sold halal meat; grocers had weighed out loose semoule and bakers had flicked soft paintbrushes over trays of honey-swimming makroud and baklava cakes to disperse a sticky plague of flies.
Chickens were purchased for eating that evening by many of the city's 200,000 people of North African origin.
By night, the quays on both sides of Marseilles's old port are home to a relaxed line of hotels, bars and restaurants, a far cry from the expected nautical mile of ruddy-faced sea shanty singers, wooden legs and anchor tattoos. The central port area exudes seaside calm, its waters a large marina for hundreds of vessels. (...)
in Reliving Dantès's inferno on a voyage to the Château d'If, by John Fleming.
The Irish Times, 12.10.2007

2 commentaires:

Zohra a dit…

I just get cross your blog, which is a very nice discovery for me who is leaving in county Waterford (Dungarvan). That's great to hear from some one who knows about Ramadhan, i felt a bit lonely the last month, thanks for your post about your Ramadhan experience in Marseilles, that reminds me on my own memories in Algeria and Paris.
Take care!

Sandrine a dit…

Hey Zohra ! Lovely to hear from you.

Feel free to leave me your email at cafe_waterford@yahoo.fr and get in touch anytime.

See you again around here.