mercredi 2 mai 2007

Immigres et politique en Irlande - Immigrants in irish politics

  • Immigrants and ethnic minorities remain unrepresented by Irish parliamentary politics, says new report


A new report has called for Irish political parties to show a real commitment towards the political integration of immigrants and ethnic minorities ahead of the 2009 local government elections where voting rights will depend on residency rather than citizenship...

“This situation is unsustainable and potentially dangerous to social cohesion in the longer term” says Dr Bryan Fanning from UCD School of Applied Social Science, one of the authors of the report - Irish Political Parties, Immigration and Integration 2007. “If this continues it will lead to the political marginalisation of immigrant communities and foster alienation from mainstream Irish society.”
With 2006 Central Statistics Office (CSO) figures showing almost 420,000 non-Irish living in the Republic of Ireland (approximately 112,500 of whom are UK citizens), a substantial segment of the Irish population is unrepresented by parliamentary politics. (Aside from those from the UK, non-Irish citizens resident in the state can not vote in the general election).
“During the research all of the parties expressed positive attitudes to the contribution of immigrants to Irish society. But support for integration ‘in theory’ does not translate into integration in practice,” says Dr Fanning.
The report suggests that Irish political parties find it difficult to assess the efforts they have made to reach out to immigrants and members of ethnic minorities. “This might be explained by the absence of appropriate monitoring systems,” says Dr Fanning. “But it is clear that there is an urgent need for well-managed outreach, clear targets and monitoring of progress.”
During the research, several of the political parties identified a manifesto commitment to put in place a Minister of State with responsibility for Immigrant Affairs.

  • Rapport sur la sous-representation des immigres dans la vie politique irlandaise

Le dernier recensement effectue en 2006 denombrait 420 000 non-irlandais vivant sur le territoire (soit 10% de la population), dont a peu pres 112 500 de nationalite britannique, ce chiffre comprenant probablement un bon nombre d'irlandais d'origine revenus au pays pour profiter du boom economique. Ce rapport a ete publie par des chercheurs en Science Sociale de l'Universite de Dublin, a l'issue d'une periode d'etude de terrain aupres des 6 principaux partis politiques et de leur attitude vis-a-vis des immigres entre Novembre 2006 et Mars 2007, dans le contexte des elections generales du 24 Mai 2007, et locales de 2009. Il souligne et denonce la non representation de cette partie de la population au sein des partis politiques, parmi les elus locaux et donc au Parlement.

Les immigres sont bienvenus "en theorie" nous disent les chercheurs, mais en pratique aucun effort particulier n'est fait pour leur integration, et je confirme d'experience qu'on attend que cela aille se soi, et qu'on s'imagine que les irlandais n'ont aucun effort a fournir: l'Irlande, tu l'aimes, ou tu la quittes, surtout si t'as pas de boulot et que rester ne sert ni a toi ni au pays. C'est un peu completement ca l'idee :).

Je ne cesse de repeter autour de moi par exemple que tous les immigres ne rentreront pas chez eux "apres avoir gagne sufissamment d'argent pour bien demarrer dans leur pays", comme les irlandais disent, parce que, tout simplement, il n'y a rien pour eux pour bien demarrer dans la vie dans leur pays ! Meme si beaucoup, notamment les polonais, n'ont en tete que le jour beni de leur retour en Pologne, lorsque les choses se seront arrangees, beaucoup, probablement la plupart des 100 000, resteront ici encore longtemps, puis leurs enfants auront grandi ici et ne voudront plus partir, les parents resteront, parce qu'ils ne veulent pas les quitter ou parce que rien ne les attend au pays, ce qui sera le cas tant que la Pologne connaitre la ligne politique que met en place le gouvernement actuel... Nous sommes en France en mesure de retenir la lecon: les maghrebins ne sont jamais partis, pire, ils sont devenus francais ! Si on s'attendait... Mieux vaut pour les irlandais s'y attendre aussi, et joindre leur insouciance a l'optimisme de ceux qui voient deja dans les petits polonais ou les petits africains qui pratiquent fierement les jeux gaeliques dans la rue les futures stars d'equipes regenerees de leur sang neuf.

Suite aux conclusions alarmantes du rapport, certaines personalites politiques se sont engagees ("en theorie" du moins...) a travailler dans le sens de la creation d'un Ministere de l'Imigration, afin de gerer ce phenomene encore un peu nouveau pour l'Irlande, mais bien destine a perdurer.

Une fois n'est pas coutume, la Grande-Bretagne seule n'est pas consideree: la France est pour ces universaitaires un modele egalement, avec ses lecons a retenir, ses reussites, et surtout ses erreurs. "Emeutes 2005", "ghettos", "cite-dortoirs, "discrimination" (positive ou negative) resonnent a nos oreilles, et il est a gager que cela sera au menu de la conference franco-irlandaise de dialogue sur le sujet qui aura lieu a Dublin le 14 Mai. Les emeutes 2005 en France ont fait une forte impression sur des irlandais qui imaginaient qu'un Etat-Providence aussi dispendieux savait rendre sa jeunesse heureuse. La violence, la frustration, la haine de l'autre que la plupart ici sont assez intelligents pour ne pas reduire a un conflit ethnico-religieux dans le contexte de l'emergence d'Al-Queda, ainsi que le decrivaient de facon trop simplistes des journalistes avares de leurs talents d'analyses, sont une expression du chaos social que personne ne peut envisager avec horreur. Si en pratique les efforts sont discrets, les efforts patients de gens comme ces chercheurs auteurs de ce rapport peuvent contribuer a changer la donne, pourvu que les bonnes personnes sachent ecouter.


Irish Parties, Immigration and Integration in 2007 website

Migration, Culture and Politics: A Franco-Irish Dialogue
14 May 2007, The Humanities Institute of Ireland, UCD



Voir aussi: L'economie irlandaise vit de l'immigration

1 commentaire:

Maeve a dit…

J'ai bien discuté avec un ami irlandais cet été des émeutes de novembre 2005 : une grosse impression là bas, qui a fait peur, quand même.

Je suis intimement persuadée que le score de Sarkozi en découle pour beaucoup, hélas. Mais il faut dire aussi, que dans ces émeutes, il y avait quand même pas mal de gens qui étaient là simplement pour casser, pour foutre la merde et non pour revendiquer. Les propos de Sarko ont été une aubaine... Et le retour du boomerang, on l'a (ils l'ont)devant nos (leurs) yeux aujourd'hui.

C'est vrai aussi qu'en Irlande, beaucoup de migrants ne restent pas: ils travaillent dans les hôtels restaurants tout l'été (je l'ai vu avec des quotas de personnel à 90% non-irlandais) puis ils se barrent... Pas toujours évident à accepter pour l'autochtone qui voit en ça une sorte de "pillage" de son pays. On dit bien la même chose en France (ex: les Portugais qui sont repartis une fois la retraite arrivée, pour construire leur maison au pays et ceux qui,d'origine portugaise vont y vivre parce que ça va mieux là bas, il y a plus de boulot qu'en France). Bref, les mêmes propos ou presque dans tous les pays...

En tout cas ici, va falloir que certains se mettent rapidement à "l'anglais courant en 10 leçons", histoire de pouvoir se débrouiller ailleurs que dans leur "douce" France(LOL)